"Conte philosophique" publié dans "Des racines et les Lettres, Tome 1".

 

A L'homme qui vit dans ses rêves.

 

Sandali était un homme rêveur. Il passait ses journées dans ses livres sur les mythes, les contes de fées, les témoignages, bref il se considérait lui-même comme une page blanche qu’il fallait noircir. Il allait souvent sur la côte, car comme il disait : « le vent partage avec moi mes histoires, Il a la tâche d’en tourner les pages ».

Les enfants du village se pressaient autour de lui, friands d’histoires nouvelles et merveilleuses. Sandali, leurs racontait les origines du monde, des animaux, des végétaux, faisait le compte rendu des péripéties de ces personnages. Cependant il lui manquait un savoir, celui de connaître l’origine des cieux. De la colline, il observait l’océan et il remarqua que le ciel, le soleil, les étoiles et la lune se reflétaient dans l’eau. « Rien d’étonnant »  se dit-il, il avait lu le mythe de Narcisse, qui s’était noyé à force de se pencher pour s’admirer. Mais lui, voulait toucher et comprendre les cieux. Au lieu de se tordre le cou à regarder vers le haut, il lui suffisait de voir dans cet immense miroir qu’était l’océan.

Il se confiait souvent aux enfants de ce grand mystère. Il leurs répétait : « Un jour, je saurai l’origine des cieux, et quand j’aurai découvert ce fabuleux secret, je viendrai  vous le raconter ». Les bambins, tout émoustillés, levaient les yeux vers le ciel et tout en écoutant Sandali, rêvaient à un secret que nul ne connaissait.

Un soir, ne tenant plus, il décida, de prendre une barque, et d’aller sur les flots. Il se pencha pour admirer non pas son propre reflet mais le reflet du ciel, de la nuit, de toutes ses illuminations qui lui paraissaient féeriques. Il se dit : « Peut-être que si je plonge dans le miroir je me retrouverai de l’autre côté, dans les cieux, et je pourrai alors converser avec la lune et les étoiles. Elles me conteront leurs histoires et leurs rêves ». Décidé à percer le secret, il se laissa tomber dans l’eau. Il était enfin heureux. Il entendait enfin les voix du ciel. Mais Sandali se noya. Le lendemain, les enfants l’attendirent toute la journée pour une nouvelle histoire, mais il ne vint pas. Après maintes et maintes palabres, ils se souvinrent de la promesse de Sandali. A ce moment là, leurs regards se dirigèrent vers l’océan, mais ils ne voyaient rien. Ils restèrent à même le sol attendant la nuit. Lorsque le voile bleu du ciel disparut, et que le manteau noir prit sa place, de multiples étoiles scintillèrent. Un des jeunes dit aux autres : « Regardez le reflet, dans l’océan, il tombe une pluie d’étoiles ! » Tous les enfants regardèrent soit le ciel, soit l’eau et effectivement, il tombait des dizaines et des dizaines d’étoiles filantes. Attentifs, ils comprirent que c’était Sandali qui leur racontait une nouvelle histoire, empreinte de mystère et de révélation.

Epra 

 

tome5

p