Argane Epra (L'officiel)

30 mai 2014

Reportage : "Entr"acte Amoureux"

Reportage réalisé par Marion Fournier :

 

Cliquez sur le lien (enfin, copier-coller ce lien) ;

https://docs.google.com/file/d/0BxrNW4DU-RUKZHFERWFERTlDSEE/edit?pli=1

 

10338721_10202979144056443_6246279199675269623_n

10346811_10202979153216672_1379276186_n

10374290_10202979157456778_267040179_n

10385110_10202979153936690_1657432069_n

10388474_10202979152536655_1506826084_n

Posté par Argane Epra à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2014

Save the Date

De circonlocutions en procrastinations, de doutes en pas assurés, j'ai l'honneur de vous présenter ENTR''ACTE AMOUREUX.

 

Sa venue dans le monde se fera :

 

Le Samedi 17 mai 2014 de 15h à 18h

à L'Amaretto Caffé Lounge (ancien chopain)

8 avenue Jean Monnet (bourran), Rodez

 

En cette occasion, il ne sera pas seul. Pour l'accompagner, quelques surprises (badges, boîte à mots), notamment un p'tit cadeau, aux 20 premiers parrains/marraines... Je laisse le suspens faire le reste...

 

 

Avertissement : Certains textes et illustrations peuvent être à caractère érotique. Le contenu est donc réservé à un public averti.

 

 

ENR''ACTE AMOUREUX : (86 pages, avec textes et illustrations., prix : 10,5 euros)

 

Entracte [n.m] : « temps qui sépare un acte du suivant. » ( Le Petit Robert)

Entre les actes ; des mots, des sentiments, des images et des silences...

Quatre manières de lire l'Amour selon vos envies et AIMER quelle qu'en soit la folie !

 

Argane Epra (nom de plume)

Evènement facebook : https://www.facebook.com/events/577152155733639/?ref_newsfeed_story_type=regular

manus3

Posté par Argane Epra à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2014

KLEIN

Tu m'obsèdes. Je m'endors avec ta vision, me lève avec ta déraison. Une véritable obsession... Tu t'adaptes à mes humeurs. Tu t'assombris, tu t'éclaires... Parfois tu hais/es aussi. Tu es changeant.... Paradoxal ! Tu m'ressembles tant... que j'te déteste autant que j'taime...

 

Peintre : Frédéric Tourette

 

CIMG3714

CIMG3724

re

t

Posté par Argane Epra à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2014

A l'homme qui vit dans ses rêves : "Conte philosophique" publié dans "Des racines et les Lettres, Tome 1".

"Conte philosophique" publié dans "Des racines et les Lettres, Tome 1".

 

A L'homme qui vit dans ses rêves.

 

Sandali était un homme rêveur. Il passait ses journées dans ses livres sur les mythes, les contes de fées, les témoignages, bref il se considérait lui-même comme une page blanche qu’il fallait noircir. Il allait souvent sur la côte, car comme il disait : « le vent partage avec moi mes histoires, Il a la tâche d’en tourner les pages ».

Les enfants du village se pressaient autour de lui, friands d’histoires nouvelles et merveilleuses. Sandali, leurs racontait les origines du monde, des animaux, des végétaux, faisait le compte rendu des péripéties de ces personnages. Cependant il lui manquait un savoir, celui de connaître l’origine des cieux. De la colline, il observait l’océan et il remarqua que le ciel, le soleil, les étoiles et la lune se reflétaient dans l’eau. « Rien d’étonnant »  se dit-il, il avait lu le mythe de Narcisse, qui s’était noyé à force de se pencher pour s’admirer. Mais lui, voulait toucher et comprendre les cieux. Au lieu de se tordre le cou à regarder vers le haut, il lui suffisait de voir dans cet immense miroir qu’était l’océan.

Il se confiait souvent aux enfants de ce grand mystère. Il leurs répétait : « Un jour, je saurai l’origine des cieux, et quand j’aurai découvert ce fabuleux secret, je viendrai  vous le raconter ». Les bambins, tout émoustillés, levaient les yeux vers le ciel et tout en écoutant Sandali, rêvaient à un secret que nul ne connaissait.

Un soir, ne tenant plus, il décida, de prendre une barque, et d’aller sur les flots. Il se pencha pour admirer non pas son propre reflet mais le reflet du ciel, de la nuit, de toutes ses illuminations qui lui paraissaient féeriques. Il se dit : « Peut-être que si je plonge dans le miroir je me retrouverai de l’autre côté, dans les cieux, et je pourrai alors converser avec la lune et les étoiles. Elles me conteront leurs histoires et leurs rêves ». Décidé à percer le secret, il se laissa tomber dans l’eau. Il était enfin heureux. Il entendait enfin les voix du ciel. Mais Sandali se noya. Le lendemain, les enfants l’attendirent toute la journée pour une nouvelle histoire, mais il ne vint pas. Après maintes et maintes palabres, ils se souvinrent de la promesse de Sandali. A ce moment là, leurs regards se dirigèrent vers l’océan, mais ils ne voyaient rien. Ils restèrent à même le sol attendant la nuit. Lorsque le voile bleu du ciel disparut, et que le manteau noir prit sa place, de multiples étoiles scintillèrent. Un des jeunes dit aux autres : « Regardez le reflet, dans l’océan, il tombe une pluie d’étoiles ! » Tous les enfants regardèrent soit le ciel, soit l’eau et effectivement, il tombait des dizaines et des dizaines d’étoiles filantes. Attentifs, ils comprirent que c’était Sandali qui leur racontait une nouvelle histoire, empreinte de mystère et de révélation.

Epra 

 

tome5

p

Posté par Argane Epra à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2013

EXTRAIT DU PROCHAIN RECUEIL, ILLUSTRE : ENTR"ACTE AMOUREUX

Elixir, plein de désirs,
Tes lèvres dansent sur ma peau.
Dépendante de tes douceurs,
Lentement je m’engouffre,
Sans paroles, le plaisir à faim…

Tourbillonne, frisonne,
La langue s’enfonce.
Se noyer en toi, pour,
Revivre sous l’extase,
Sans paroles, le temps fige…. 

Mon corps te dit : « ENCORe » !
Tes mains m’répondent : « DẺVORe » !
Ma bouche te crie : « ENVIe » !
Ta voix m’murmure : « AUSSI » !
Sans paroles… Aphone.

« Je suis à toi, mais sans toi ».
Baise moi de tout ton saoul !
Ivresse de deux corps fous,
Baignant de caresses mortelles.
Sans paroles et ….. sang….

Argane Epra

© Photographie : Argane Epra

432137_10200754184169688_1144718411_n

 

 

©

Posté par Argane Epra à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 décembre 2013

LETTRE A VOUS ! (Extrait du prochain recueil illustré : ENTR"ACTE AMOUREUX)

# Extrait du prochain recueil de textes, illustré : Entr"acte Amoureux #

 

 

Monsieur,

 

Je reste émue et rougis à votre souvenir. Votre beauté divine réconcilierait les sexes.

Votre allure altière, votre élégance féline me font parjurer, Monsieur. Je vous crains comme je vous aime. Mes sens se troublent à votre encontre. Mes pudeurs se consument en votre présence. N’avez-vous donc aucune pitié envers les nobles cœurs ?

Votre minois angélique se nourrit d’essence dionysiaque. Vous me faîtes offense, Monsieur, à chacun de vos regards. Votre licence se dérobe à l’ombre de vos longs cils fiévreux et je succombe.

Mes lèvres se damnent pour cette bouche offerte aux baisers. Mon âme s’affole pour quelques uns de vos sourires.

Quels mystères, abritez-vous, Monsieur ? Que recèle cette marque sur votre joue : morsure d’amante ou châtiment vengeur ?

Nombreuses sont les femmes déshonorées pour ce plaisir éternel ; celui de vous aimer, celui d’être posséder par l’immortel. Votre auguste virilité ferait trébucher n’importe quelle langue et mes joues s’empourprent à cette pensée.

Éphèbe, votre beauté transcende, preuve de l’existence céleste.

Depuis, ce jour, cette nuit, je ne cesse de penser à vous, mon adoré.

Je vous en prie, mon Adonis, laissez-moi être moins laide, permettez-moi de vous revoir afin de me noyer dans la contemplation de votre beauté, dans un plaisir renouvelé.

 

Votre dévouée.

-E-

   

 

Madame,

 

Vos mots me séduisent autant que vos charmes. Votre créature céleste se délecte de son hydromel : Vous, Madame !

Je ne saurais me tenir loin de votre cœur palpitant à chacun de mes frôlements.

Votre âme n’a d’égale que la pureté de votre peau si fraîche et si douce.

Ma chair, meurtrie, vous réclame, Madame. Elle crie son désir de sombrer et mourir entre vos blanches cuisses.

Madame, je me fais votre. Nonobstant, je ne voudrais vous voir souffrir davantage. Je chéris votre grâce autant que votre félicité et me refuse de causer votre perte !

Soyons donc chastes, ma Tendresse. Je vous aimerais, soyez-en sûre, de cette folle fièvre, toujours, dans vos souvenirs.

 

Votre serviteur.

-S-

 

(Argane Epra)

 

Photo © Argane Epra

CIMG3683

Posté par Argane Epra à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2013

Concours d'écriture : devenir maire ? mère ?ou mer ?

Le concours consiste à écrire une scène à au moins deux personnages. L'un de ces personnages a pris sa décision : il va devenir          [ m e r]. Mais de quel mot s'agit-il ? Consigne : Le personnage ne peut devenir qu'un seul type de [ m e r] mais les trois homophones doivent apparaître dans le texte.

 

L’EAU DE VIE

 

Il fait encore bon malgré ce début de soirée. Le ciel est nuageux, parsemé d’éclaircie. On distingue au loin des champs où pâturent les vaches. Deux vieux frères, issus d’une union consanguine, sont assis à même le sol, sur une butte, en leur petit village de Mer. Ils décident, après avoir marché tout le jour, de soulager leurs pieds et leurs semelles et d’attendre paisiblement le repas du soir. Ils se reposent donc, regardent le paysage alentours, une bouteille d’eau entre leurs cuisses. Tout est calme. Ce silence règne entre eux depuis déjà un certain moment. Pourtant, l’un des deux va décider de rompre ce mutisme.

Titouné, le plus jeune des deux, perdu dans ses rêveries, pense à haute voix :

«  J’aimerais devenir mère… Ça serait si bien, si beau… »

Son frère Néné, surpris, le regarde et dit :

« Maire ? Pourquoi veux-tu t’embêter à devenir maire ? N’a-t-on pas idée… ! Pas besoin d’être plusieurs à faire ça… »

Titouné ne dit rien, ne réagit pas, ne parle pas, ne bouge pas. Il observe à présent une goutte d’eau restée collée à la paroi de sa bouteille.

Néné, lui, commence à s’agiter. Il marmonne, se frotte les mains, tripote les poches de son vieux pantalon sale, puis s’énerve :

« Bon Dieu ! Être maire ? Mais pour quoi faire ? »

Il compte sur ses doigts et énumère les inconvénients : « Tu vas perdre ta tranquillité, ta liberté, ton sommeil… Fini le repos ! Tu devras t’occuper de ses petits geignards jamais contents… Tu seras obligé d’être à leur écoute vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sans te plaindre… ! Fini le grand air ! Tu devras rester cloîtré à la maison, à attendre qu’ils se manifestent… Il te faudra les nourrir, les cajoler pour éviter les remontrances… ! Puis ensuite, ils vont vouloir te contrôler, te surveiller… Plus tard, ils vont te rendre dingue, à te juger, à parler de toi derrière ton dos. Il va falloir que tu la joues fine, que tu esquives les mauvais coups… ! Fini la paix ! »

Titouné, reste statique, comme hypnotisé. Néné se demande même s’il l’écoute. Mais ses yeux suivent scrupuleusement une goutte qui glisse maintenant le long de la surface en verre. Il attend qu’elle arrive enfin au bout de sa course, dans le fond de la bouteille. Ça y est ! La goutte a rencontré l’eau, elle devient un tout : l’infiniment petit contient l’infiniment grand !

Néné, furieux de l’apathie de son frère, trépigne, remue les jambes, secoue les bras, le fixe avec un regard de fou et lui crie :

« Être maire… Être maire… Mais il faut trop réfléchir… Trop de responsabilité… C’est déjà bien assez dur de s’occuper de soi alors des autres… Être maire….

- Oui ! Oui ! Oui ! Mère, vient du latin mater qui signifie la vie, l’amour, la tendresse… La mère de l’univers, du cosmos et de l’humanité. En outre l’eau, du latin aqua signifiant la vie, la féminité, la fécondité… Le symbole de la création, de la purification et de l’abondance. De plus naître, c’est sortir des eaux, des eaux primordiales, des eaux amniotiques… Innocence, vulnérabilité… Devoir affronter le monde et le découvrir. Naître c’est recevoir la lumière… Nonobstant, Dieu, voyant qu’il ne pouvait suffire à la tâche, décida de créer la mère1Je veux, je serai mère… Mère… Mère… Mère… », dit-il d’un seul souffle, les pupilles révulsées, faisant de grands mouvements de bras comme s’il défendait une cause perdue. Soudain il prend sa bouteille, l’observe, la secoue et analyse la trajectoire de l’eau emprisonnée dans son contenant comme s’il faisait une grande démonstration scientifique.

Néné affolé par cet emportement, secoue la tête et cherche un moyen de le calmer au plus vite. Pris au dépourvu, il prend une grosse poignée de terre grasse et la lui jette à la figure. Mais celui-ci continue de plus belle, vocifère, augmente son débit de paroles en serrant fortement la bouteille dans sa main droite et la terre dans sa main gauche :

« Mère… Mère... Mère… Terre… Terre, du latin terra qui signifie la mère… C’est ainsi qu’elle enfante le premier homme, grâce à ses cellules ; la poussière…Adam…Adam et Eve, parents de tous les hommes… Mère… Père… Terre… En effet, elle est la matrice universelle, elle élève et nourrit ses enfants : génitrice et nourricière… C’est pourquoi je vais devenir mère… Façonné à partir de la terre, je suis moi aussi créateur de vie… Y retourner par la suite grâce à l’inhumation… Déméter reprendra son travail… Grâce à mes particules semées en elle… Je donnerai naissance… Le troisième jour… Je serai la mère universelle, la terre… L’âme à la matière… Enfin une Mère ! »

Le corps contracté, Titouné, laisse tomber son eau et sa poussière. Il se serre la tête à deux mains et la presse comme dans un étau. Puis, comme s’il eût été une statue fixe l’horizon. Il était vidé de son essence.

«  Bon Dieu ! », fait Néné. Il fouille dans sa besace trouée par la vieillesse et le temps, en sort une poche de gros sel. « Tiens ! Fourre ton nez là-dedans ! », dit-il en lui enfonçant la tête dans le sac « et respire fort », rajoute-t-il.

Et Titouné afin de mieux dégager ses poumons ouvre sa bouche en grand. De nombreux morceaux de sel entrent et il en croque plusieurs. Il s’écrie :

« Pouah ! C’est dégoûtant, c’est trop amer ! »

Il prend sa bouteille d’eau et boit quelques gorgées. Il maugrée à cause de ce sale goût salin qu’il a maintenant dans sa gueule… Il regarde autour de lui, lucide, frais, comme réveillé et voit la stupéfaction de son frère.

« Allez, viens, lui dit-il, on va aller voir le maire ! C’est quoi ses manières. On n’a pas le droit de boire de l’eau douce à Mer, maintenant ? »

Il se lève, tire violemment sur la manche de Néné et lui répète :

« Viens, je te dis ! »

L’aîné se lève, pousse son frère et se décale de deux pas en arrière.

« Mais… Le maire, c’est toi ! T’as dit que tu voulais être maire ! »

Titouné ne comprend rien, il s’avance pour le faire taire et le battre. Néné évite le coup de justesse mais le sac tombe et le sel s’éparpille sur le sol.

« Ah ! C’est malin !, dit Néné en se penchant pour le ramasser.

- C’est rien ! Viens, je te dis ! On va en chercher d’autre à la maison ! »

Néné se lève, laissant au sol le gros sel et les bouteilles face aux cailloux et à la boue du sentier. Tout deux se rajustent et prennent la direction de la ferme. Titouné passe sa main sur son visage et s’essuie en grommelant :

« Voilà qu’il pleut maintenant ! »

1 Proverbe espagnol.

 

Argane Epra

 

 

tumblr_kwulddB0JU1qay5zwPhoto : En attendant Godot de Beckett

Posté par Argane Epra à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2013

Quatrième de couverture d' ENTR'ACTE.

J'y travaille encore et encore....

Voici la quatrième couverture de mon prochain recueil, illustré. N'hésitez pas à laisser des avis, des critiques, des commentaires...

 

"

Écoutez !

L'entendez-vous ce corps qui murmure des mots doux ?

Ce corps qui crie autant que le cœur, plus fort, encore ?

Le corps comme caisse de résonance à l'amour. Cet amour qu'on désire, qu'on rejette, qu'on maltraite. Celui, qui, peut-être léger, violent ou au contraire si tendre.

Découvrez quelques possibilités de vivre l'amour à travers l'érotisme, la sensualité, la douceur... Je vous propose quatre façons de le chuchoter. Á vous de choisir, selon vos envies !

Que votre parenthèse soit charmeuse et charmante et n'oublions pas d'aimer quelle qu’en soit la folie..."

 

(Epra)

 

©photo Argane Epra

 

227909_12580444217_854_n

 

 

Posté par Argane Epra à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2013

12TV, UNE TÉLÉVISION AVEYRONNAISE NOVATRICE !

 Rencontre avec Marion Fournier, réalisatrice et journaliste à Aveyron Reportages.

 

HD-PROD oeuvre pour la création et le développement d'une télévision locale Aveyronnaise qui émettra sur les offres ADSL/internet et la TNT (12TV).

 

12 TV, c'est quoi ?

12TV s'est fixé comme objectif d'informer ses téléspectateurs sur la vie locale. Miroir du territoire local, de son actualité et de ses acteurs, cette télévision doit évoquer ce qui l'est peu sur les chaînes nationales ou régionales, malgré les décrochages des réseaux nationaux.

En quoi, 12TV est-il un projet novateur ?

12TV est là où les autres ne sont pas. On joue la complémentarité, en installant un média télévisuel en Aveyron. 12TV donne au média de proximité la place qu'il doit occuper, autrement dit, la télévision d'ici, pour les gens d'ici, diffusée au plus grand nombre.

Télévision de proximité donc, généreuse et positive qui évoque volontiers les trains qui arrivent à l'heure. 12TV est aussi une aventure humaine dont le but est de faire vivre et pérenniser un concept de télévision "locale".

Quels sont les objectifs de cette nouvelle chaîne ?

- Donner aux téléspectateurs l'information concernant leur département.

- Rendre compte de la réalité locale.

- Médiatiser les initiatives locales.

- Devenir la mémoire audiovisuelle du département.

12TV se fixe comme objectif la promotion de tout ce qui fait ou tous ceux qui font l'Aveyron. Pour cela 12 TV crée un partenariat d'échanges et de syndication de programmes avec les chaînes du groupe TV Sud.

Quels en seront les programmes ?

Pour le moment, nous travaillons sur une émission qui se veut alléchante : LES TABLES ATYPIQUES !

Chaque mois, 12TV vous présente un lieu, une histoire, un menu. Les aveyronnais sont créatifs à table et proposent une histoire croustillante en fond. C'est tellement plus appétissant !

Des personnalités, des histoires, des anecdotes, des tranches de vie ou des créations, les aveyronnais se veulent inventifs et généreux !

L'émission est présentée par la gourmande Edith Pradalié, qui nous guide tel le routard à travers les tables atypiques aveyronnaises avec fraîcheur et bonne humeur.

En résumé, "les tables atypiques" sont un concept d'émission culinaire s'inscrivant dans le programme de la future WebTV et TV locale de Rodez.

On vous propose de découvrir le premier épisode en découvrant "La Toile Cirée". Celui-ci est un pilote afin de proposer le projet aux éventuels sponsors de l'émission ou de la TV.

Alors, on mange quoi, aujourd'hui ?

(Epra)

 

Pour visionner le pilote, cliquez ici :    https://docs.google.com/file/d/0BxrNW4DU-RUKUmcyQmVLcFh1TDQ/edit?pli=1

 

 

 

tc

 

Où retrouver Marion Fournier et 12 TV : http://www.aveyronreportages.fr

 

 

 

Posté par Argane Epra à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2013

RENCONTRE AVEC FRÉDÉRIC TOURETTE, SCULPTEUR/PEINTRE

RENCONTRE AVEC FRÉDÉRIC TOURETTE, SCULPTEUR/PEINTRE 

 

Né en 1974 en Martinique,

Réside et travaille à Rodez.

www.artfred.jimdo.com

 

Frédéric Tourette a 25 ans, lorsqu'il flirte avec la mort dans un accident de vélo. Depuis lors, un besoin viscéral s'installe en lui : celui de créer ! L'Art devient ainsi une expérience mystique.

Pour ses tableaux et sculptures, il aime mélanger les matériaux : pigment, terre, verre, sable, vinaigre. L'inspiration vient à lui comme une muse qui lui chuchotterait les formes et les éléments à faire vivre. Il se fait chaman. En état de transe, il capte les énergies (de la rue, des gens) et les retranscrit dans ses œuvres. Toiles colorés ou sombres, style urbain ou abstrait, deux obsessions se retrouvent sans cesse dans son travail : le visage et la ville de New-york. Chacun peut capter alors une essence.

Frédéric manie sculptures et peintures, minutie et laisser aller, douceur et violence. Dans la veine de Jackson Pollock et Jean-Michel Basquiat, Frédéric partage ses visions et nous offre à travers ces nouvelles formes une autre réalité.

Vous pouvez le trouver dans certains bars et galeries de Rodez (en ce moment à l'Amaretto Caffe Lounge), Montpellier, Toulouse, Clermont-Ferrand et Girona.

Il crée également sur commande, selon vos envies.

(Epra)

 

Photos Prises à L'Amaretto (Quartie de Bourran, Rodez)

CIMG3621
CIMG3622
CIMG3623
CIMG3624
CIMG3625

 

Posté par Argane Epra à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]